Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 19:43

Après avoir annoncé que le nombre de vaccins infantiles obligatoires passerait de trois à onze, le gouvernement semble assouplir sa position face à la colère qui gronde. Il a annoncé ce jeudi son intention de créer une « clause d’exemption », afin de permettre aux parents qui refusent de faire vacciner leur enfant de se soustraire à cette obligation.

06/07/2017 – 07h45 Paris (Breizh-Info.com) : 

« Renforcer la couverture vaccinale qui est aujourd’hui trop faible pour être pleinement efficace.» : Emmanuel Macron ne parlait pas de onze vaccins obligatoires dans son programme de campagne, mais avait déjà survolé ce qu’Edouard Philippe a annoncé hier, mardi 4 juillet, devant l’Assemblée, à l’occasion de son premier discours de politique générale;

« L’an prochain, les vaccins pour la petite enfance, qui sont unanimement recommandés par les autorités de santé, deviendront obligatoires » a-t-il déclaré. Le cabinet d’Agnès Buzyn a communiqué au sujet des modalités pratiques : « En pratique, l’extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur 2 ans. (…)Tous les vaccins obligatoires seront pris en charge à 100 % : 65 % de leur prix est remboursé par l’Assurance maladie, 35 % par les assurances complémentaires qui offrent un « contrat responsable »

Quelles seront les modalités d’imposition (poursuites contre les parents récalcitrants ? Peines de prison ? …) ? Impossible de le savoir.

Une véritable déclaration de guerre faite à tous ceux qui doutaient déjà de l’obligation vaccinale concernant le DTP (Dypthérie-Tétanos-Polyo) – obligation vaccinale qui n’est pas en vigueur dans une majorité de pays européens. Une conséquence par ailleurs de l’impossibilité de l’Etat à endiguer la propagation de certaines maladies disparues et qui reviennent via les centaines de milliers de migrants qui débarquent sur les côtes d’Europe ; ce sont les Français qui en feront donc les frais, pas eux.

La première riposte à cette annonce est venue du Professeur Henri Joyeux, auteur d’une longue lettre – adressée à E. Macron, N. Hulot et à Agnès Buzyn – lettre que nous publions ci-dessous :

« RESISTANCE AUX 11 VACCINS OBLIGATOIRES »

titre cette lettre, offensive.

 
" Une obligation vaccinale insensée pour 5 à 10 ans

La rentrée scolaire approche, les inscriptions à la crèche sont de plus en plus compliquées. Les familles sont confrontées à des contraintes vaccinales insupportables.

L’Empire vaccinal cherche par médias interposés, en faisant peur à toutes les familles et en manipulant la nouvelle ministre, à imposer 11 vaccinations à tous les nouveau-nés dont le système immunitaire n’est pas mature. L’interview de la ministre dans le Parisien était pour préparer l’opinion.

L’argumentaire est basé sur la concertation citoyenne, astucieusement manipulée par Big Pharma et la ministre précédente.

Elle a recommandé dès fin 2016 l’élargissement temporaire pour 5 à 10 ans, de l’obligation vaccinale à partir de la recrudescence de cas de rougeole (dont nous ne savons rien quant à l’état antérieur de ces enfants), et sur la nécessité d’une solidarité nationale en la matière.

On cherche à impressionner, et on voit bien que l’objectif est de rendre définitive cette obligation sans tenir compte de la santé des nourrissons.

La ministre actuelle est pressée. Elle veut éviter, contourner la décision impérative du Conseil d’Etat qui lui impose de mettre en place dans les pharmacies de métropole et outre mer le fameux vaccin trivalent avant le 9 août 2017.

Seule solution : faire voter en plein été une loi imposant les 11 vaccinations.
Dictature en marche et en catimini au profit de l’Empire vaccinal

Ces propositions insensées parce qu’elles ne peuvent qu’aggraver la méfiance envers les vaccins, proviennent de la ministre précédente dont la politique de santé coercitive a été largement rejetée par la profession médicale et par le peuple.

Déjà le Conseil Scientifique du Collège National des médecins généralistes enseignants (CNGE) a fait connaître son point de vue : « il n’y a aucun élément scientifique pour attester que cette mesure aboutisse à une meilleure protection, notamment pour les enfants. Il est à craindre que son caractère autoritaire renforce la défiance et la suspicion d’une partie croissante de la population ».
Si le Président de la République valorise les pétitions c’est le moment d’en tenir compte.

La 1ère pétition pour le retour au vaccin trivalent est signée ce jour par 1 112 634 personnes. De plus en plus de familles la rejoignent sans la moindre publicité audiovisuelle ou de la presse écrite.

Vaccin obligatoire : les Français piégés par la loi et les laboratoires

La 2ème pétition adressée à la nouvelle ministre à propos des 11 vaccins qui seraient rendus obligatoires est signée déjà par plus de 550 661 personnes 

Vaccins : oui à la protection, non à la répression

Nous faire croire qu’il faut dix ans pour fabriquer le vaccin Trivalent contre Diphtérie-Tétanos-Polio, tel qu’il a déjà existé, sans Aluminium, c’est se moquer de nos enfants et de la Sagesse de la Loi en France.
Les raisons de l’arrêt de fabrication du DTP

Officiellement, cet arrêt serait lié à une allergie au vaccin trivalent. Celle-ci n’a jamais été démontrée scientifiquement ce qui a été reconnu par la ministre précédente

La vraie raison est une arnaque financière majeure montée de toute pièce et imposée aux experts et conseillers ministériels.

Elle permet à Philippe Juvin, Pharmacien responsable de Sanofi-Pasteur d’affirmer pour mieux imposer : « Nous considérons qu’il faudrait 10 ans pour que ce nouveau vaccin DTP soit disponible ». 

Chez GSK, l’autre grand fabricant de vaccins, ce n’est pas mieux, comme le prouve l’extrait de l’émission ”Envoyé spécial” à diffuser largement

On manipule ainsi l’opinion avec les journalistes, des pages de publicités très bien payées dans les grands journaux, des émissions santé aux heures de grande écoute et même les institutions scientifiques dont les Académies et sociétés savantes, qui ne peuvent organiser leurs congrès annuels sans Big Pharma.
La décision du Conseil d’Etat doit être mise en œuvre.

Comme le précise très justement Maître Jacqueline Bergel qui a obtenu la condamnation de la précédente ministre des affaires sociales et de la santé :

« La décision du conseil d’État que vous devez, Madame la ministre, faire appliquer ainsi que vous enjoint le conseil d’État au nom des 2500 personnes doit trouver son application dans le délai de six mois qui expirera le 8 août 2017. »

Mais sachez qu’est en préparation par Maître Bergel une demande d’exécution de la décision du Conseil d’Etat, sous astreinte de 15 € par personne et par jour de retard.

Si on ne peut plus fabriquer le DTP, alors c’est la fin des obligations vaccinales comme en Suède

La ministre doit choisir entre 3 solutions :

  • Obéir à l’Empire vaccinal en imposant par une nouvelle loi l’extension de l’obligation vaccinale contre 8 maladies supplémentaires.
  • Imposer la re-fabrication du DTP, sans Aluminium car la nocivité de cet adjuvant est démontrée.
  • Considérer les français comme adultes et supprimer les obligations vaccinales comme vient de le décider la Suède.


Là serait le vrai changement, celui que le peuple a quasiment plébiscité, et le retour à la confiance envers le monde politique.

Ce serait la meilleure façon de redonner aux médecins généralistes et aux spécialistes leur vraie place de femmes et hommes de santé. Ils connaissent les familles et les populations fragiles en particulier réfugiés et migrants qui peuvent avoir le plus besoin de vaccinations.
Deux ouvrages sur les vaccins « Vaccins, comment s’y retrouver ? » et Toxic Story n’ont pas reçu la moindre critique des autorités et experts.

Le premier ouvrage que j’ai publié en 2015 avec toutes les références scientifiques, – dont je ne touche aucun droit d’auteur – vous permet de comprendre dans le détail :

  • L’importance de vos défenses immunitaires présentes dans tous vos organes et qui circulent dans le sang et la lymphe.
  • Comment les entretenir dès la naissance.
  • Le rôle majeur de l’allaitement maternel pour protéger votre nourrisson dont se gardent bien de parler les experts ministériels.
  • Les 59 maladies microbiennes qui peuvent nous atteindre sont exposées en détail, leurs symptômes et les vaccins éventuels pour vous en protéger.
  • Les effets indésirables des vaccins : fièvre, convulsions, syndrome de Guillain-Barré..Ce qu’il faut savoir de l’autisme et de la Sclérose en plaques et de leurs relations avec les vaccins.
  • Quand il ne faut pas vacciner…

Je n’ai jamais parlé de ce livre pour ne pas être accusé de publicité. Je tiens à préciser qu’il est à la portée de tous les parents qui se posent beaucoup de questions pour leurs enfants ou petits enfants.

Je recommande aussi très fortement le livre Toxic Story de mon collègue Romain Gherardi à propos de la toxicité de l’Aluminium. Vous saurez pourquoi vous devez refuser tout vaccin contenant cet adjuvant, 47 vaccins au moins en contiennent. Sa présence est inscrite sur l’étiquette de l’emballage, laissez le à la pharmacie.

Évidemment nos confrères et collègues aux Conseils national et régional de l’ordre des médecins – qui ont cherché à me condamner – n’ont lu aucun de ces livres préférant me faire passer sans aucune preuve pour un anti-vaccin et laissant les médias depuis 2 ans répéter partout que je suis radié de l’ordre des médecins, ce qui est faux. Comme exemple de confraternité, il y a mieux !


Etre lanceur d’alerte est devenu une nécessité

Mes fonctions universitaires même honoraires – cancérologue et chirurgien des cancers – toujours très actif, ayant toutes les bases pour appréhender le système immunitaire et ses stimulations vaccinales ou spécifiquement anti-cancéreuses, m’ont imposé de devenir lanceur d’alerte.

J’ai dû faire savoir les immenses abus auxquels on veut nous soumettre. On cherche à nous faire croire que les vaccinations généralisées sont les seuls moyens de prévention, alors que les comportements de santé sont plus efficaces et sans danger !

C’est ce que l’on observe en Suède où les vaccinations ne sont plus obligatoires. Serions-nous des arriérés par rapport aux Suédois ?

Les médecins français seraient-ils incompétents ?

On cherche aussi à nous convaincre que les rappels sont toujours nécessaires, alors que très souvent un test préalable très simple à la recherche des anticorps démontre que l’immunité est suffisante et évite les rappels.

Aujourd’hui est encore justifiée la vaccination avec le DTP avant 18 mois, date à laquelle le système immunitaire de l’enfant est quasiment en place (1000 jours après la conception, soit le temps de la grossesse + 2 années de 365 jours).

Pour se réconcilier avec les vaccinations :

7 mesures de prudence avant toute nouvelle Loi

 

  • Mettre fin à l’impunité des laboratoires qui a pour conséquences de les déresponsabiliser, de ponctionner les contribuables pour les éventuelles erreurs, et de rendre très difficile les démarches des victimes. En 1989, le congrès américain a voté l’impunité des fabricants de vaccins en cas de complications. Nous ne devons pas subir en France et en Europe de telles décisions.

 

  •  Calquer l’homologation des vaccins sur celle des médicaments. Elle est aujourd’hui beaucoup moins exigeante.

 

  • Interdire tout additif qui serait totalement proscrit dans l’alimentation ou considéré comme toxique dans l’environnement. C’est déjà le cas pour les vaccins vétérinaires !

 

  • Ne pas imposer de vaccins inutiles comme le demande mon collègue expert des maladies infectieuses le Pr Didier Raoult dans le Point du 8 janvier 2017.

 

  • Tenir compte de l’âge auxquels apparaissent les risques de l’hépatite B, des papilloma virus, pour ne pas vacciner de façon trop précoce des nourrissons au système nerveux fragile et au système immunitaire immature.

 

  • Exclure du processus de décision les personnes en situation de conflit d’intérêt (qui se reconnaissent comme telles, directement ou au travers de leur entourage).

 

  • Mettre en place un réseau de vaccino-vigilance.


Une nouvelle procédure juridique à propos de l’Aluminium se prépare pour que l’adjuvant Aluminium soit supprimé du DTP et des autres vaccins.

Maître Jacqueline Bergel-Hatchuel a obtenu satisfaction auprès du Conseil d’Etat au nom de 2500 justiciables, en imposant la mise à la disposition des familles du seul vaccin obligatoire le DTP. Reste à l’Etat à s’exécuter.

Elle est prête à lancer une nouvelle action à laquelle je me joindrai avec l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN).

Pour rejoindre cette action judiciaire, c’est ici :

http://www.avocat-bergel.com/mandat.php

Plus nous serons nombreux plus nous ferons barrage aux abus vaccinaux et à leurs dangers. Dans ce but tous ceux qui le souhaitent pourront lui envoyer leur Mandat pour agir en justice".

Professeur Henri JOYEUX

Source : L'Echelle de Jacob

 

Commentaire de Dominique : 

Par esprit de soutien à ce grand professeur, tant décrié, qui a le courage de dénoncer Big pharma au titre de lanceur d'alerte, OUI je vous soutien pour la modique somme de 30 € et je m'inscris auprès de Maître BERGEL (lien ci-dessus) pour la nouvelle action judiciaire auprès du Conseil d'Etat.

La totale impunité des laboratoires est immorale, d'autant que c'est le contribuable qui supporte financièrement les erreurs de 'l'homme de l'art", sans parler des victimes blessées dans leur chair et qui n'ont pas de chance de gagner un recours contre les responsables.

Je dénonce ces situations. Je les combats et j'ajoute que les responsables de ce qui doit être assimiler à un crime, soient jugés et punis.

A quand les cols blancs en prison comme les banksters Islandais après la crise de 2009 ?   

 

 

 

(Suite)

Vaccins: l'OMS avoue qu'elle met la santé du monde en danger
 

09 juillet 2017

Vaccins : idéologie et business

Pour ceux qui n'ont toujours rien pigé sur les vaccins, voici des aveux supplémentaires et pas n'importe lesquels, ceux de la "grande" OMS, qui devraient faire comprendre à la fois l'ampleur du cynisme et l'irresponsabilité criminelle des prétendus "experts" mondiaux auxquels toutes les nations du monde obéissent pourtant au doigt et à l’œil. Car il faut appeler un chat un chat et oser voir la responsabilité que nous avons tous vis-à-vis des générations futures dont l'avenir et la qualité de vie sont clairement et directement menacés par ces insoutenables manœuvres d'apprentis-sorciers.

Voici un extrait du rapport du Comité Consultatif sur la sécurité des vaccins de l'OMS (GACVS) de décembre 2013, tel que repris sur le site Mesvaccins.net :

Vaccin chimère contre l'encéphalite japonaise

Il s'agit d'un vaccin vivant, produit par recombinaison ciblée de virus de la fièvre jaune atténué (virus 17D utilisé comme vaccin anti-amaril) et de virus de l'encéphalite japonaise également atténué (souche SA-14-14-2). Au cours des essais pré-homologation, le vaccin s'est montré immunogène, y compris lorsqu'il a été administré en même temps que le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR), et bien toléré, particulièrement chez l'adulte (les effets indésirables ont été moins fréquents qu'avec un vaccin plus ancien préparé sur cerveau de souriceau). Depuis, ce nouveau vaccin a été homologué en Australie, en Malaisie, aux Philippines et en Thaïlande, où il est disponible sous le nom d'Imojev®. Environ 49.000 doses ont à présent été utilisées, mais ce nombre est encore insuffisant pour permettre d'identifier les événements indésirables rares dont le vaccin pourrait être responsable. Il est également trop tôt pour savoir si un vaccin de ce type ne présentera pas un risque dans l'environnement, et le GACVS a exprimé son souhait d'être informé sur ce sujet. En effet, le virus artificiel qui a été créé pourrait évoluer de façon inattendue s'il trouvait à infecter des hôtes nombreux et variés, par exemple en se recombinant.

La probabilité d'un tel événement est considérée comme faible, puisque le virus provoque une virémie très brève chez l'homme et qu'il n'est pas capable d'infecter efficacement les moustiques. Son utilisation à grande échelle pourrait toutefois créer des opportunités, et la surveillance des événements indésirables post-vaccinaux est donc nécessaire. Ce risque de voir émerger des virus pathogènes à partir de vaccins se trouverait toutefois accru si d'autres vaccins à très large diffusion conçus sur le modèle de l'Imojev®, tel le candidat vaccin contre la dengue de Sanofi, venaient également à être utilisés (NDR). 

NB: Ce candidat vaccin contre le dengue de Sanofi n'a évidemment pas été développé pour n'être administré qu'à quelques centaines de personnes. On remarquera donc le cynisme de ce Comité disant vouloir être informé des conséquences irresponsables qu'il prend en faveur des industriels mais certainement pas des gens. Il est important de rappeler que le virus de la fièvre jaune n'affecte PAS les pays asiatiques, il ne concerne donc pas cette partie du monde. Epidémiologiquement parlant et selon les climats et les zones, il faut remarquer que le virus de l'encéphalite japonaise n'affecte pas non plus par exemple de pays africains ou de pays d'Amérique du Sud or ici, on mélange des virus qui ne se rencontrent jamais dans la Nature, on crée donc de toutes pièces des combinaisons qui n'auraient jamais pu survenir naturellement. Dieu sait donc sur quelle nouvelle maladie future cela pourra déboucher. Manipuler de la sorte le vivant n'est pas sans conséquence. Le faire de façon aussi légère n'est plus de la Science, c'est du Scientisme. On remarquera enfin que le Comité estime que 49 000 sujets est un nombre trop faible pour pouvoir évaluer les effets secondaires plus rares (mais qui sont aussi souvent plus graves) OR dans les essais cliniques pré-commercialisation donc AVANT la mise sur le marché, les vaccins ne sont administrés en général que dans des groupes de quelques centaines ou quelques milliers de personnes mais jamais autant. Pourtant, cela n'empêche jamais les grands experts nationaux de recommander par principe ces vaccins fraîchement sortis en les déclarant sûrs sur base de ces essais cliniques inconsistants et tout à fait insuffisants. Nous sommes donc ici confrontés à un Xème mensonge, une Xème incohérence de l'idéologie vaccinaliste.

Source: Echelle de Jacob

 

 

HALLUCINANT : On veut nous vacciner de force… Pendant ce temps, Sanofi rachète un labo US de vaccins spéciaux !

Comme vous avez dû en entendre parler, le gouvernement veut vous piquer massivement au mépris de toutes les inquiétudes légitimes qui entourent de telles doses massives d’injections, en particulier sur de très jeunes organismes. 

Ce cocktail vaccinatoire est une pure folie en termes même intellectuels. 

La vaccination a été un progrès fabuleux dans le domaine de la santé. Telle n’est pas la question. 

Le principe de la vaccination est une merveilleuse découverte, mais encore faut-il se souvenir du principe de base, qui consiste à stimuler le système immunitaire en injectant “un peu” de maladie ! 

Nous en sommes très loin désormais, et pour des questions sombres de coûts et de profits, on vous injecte surtout des adjuvants que l’on sait particulièrement toxiques et susceptibles de déclencher des réactions extrêmes des corps. C’est CONNU. C’est une certitude. Et nos dirigeants devraient lire les notices des vaccins qu’ils rendent eux-mêmes obligatoires !! 

C’est comme tout… « C’est la quantité qui fait le poison », et là où la vaccination n’est pas remise en cause sur les 3 vaccins obligatoires que l’écrasante majorité des gens acceptent parfaitement, on veut nous imposer un délire vaccinatoire particulièrement inquiétant et qui pose de très sérieuses questions sur la finalité de cette décision ! 

On veut notre bien ? Ou le bien des bénéfices de Sanofi et des autres labos ? 

Alors que la vaccination n’a jamais été un sujet de campagne de Macron, elle fut la première décision du gouvernement et du Premier ministre lors de son discours de politique générale. 

Cette symbolique même de l’annonce est suffisamment surprenante pour être notée et relevée. 

Il n’y avait aucune raison objective à cela… 8 enfants morts de la rougeole ? Un drame, certes. Mais nettement moins grave (statistiquement) que nos 3 000 morts sur les routes dont plein d’enfants, ou encore nos 11 000 suicidés, ou encore les 80 000 morts de la cigarette, les 40 000 de la pollution… sans oublier qu’en France, chaque année, c’est plus entre 600 et 700 000 personnes qui décèdent… 

Le problème c’est que l’on est en droit de se poser la question de savoir quel est le cadeau fait aux labos. Quelles sont les collusions ? Quels sont les conflits d’intérêts ? 

Cela doit être dit. 

Cela doit être posé. 

Cela doit être dénoncé. 

 

 

Et l’information suivante doit être reprise, diffusée, colportée, criée sur tous les toits. Vous devez savoir ! 

Savoir que quand on veut vous piquer, Sanofi, un des plus grands labos, investit justement sans ses profits futurs faits sur le dos de votre santé ET de votre porte-monnaie, car la sécu… c’est vous, c’est moi, c’est nous et notre bien commun ! 

Sanofi se renforce dans les vaccins en rachetant l’américain Protein Sciences 

Voilà ce que nous rapporte cette dépêche de la très officielle agence AFP. 

« Sanofi va faire l’acquisition de l’américain Protein Sciences pour un montant pouvant aller jusqu’à 750 millions de dollars, une opération relativement modeste à l’échelle du groupe, mais qui devrait lui permettre de se renforcer dans les vaccins antigrippaux aux États-Unis. 

Fondé en 1983 dans le Connecticut (nord-est des États-Unis), Protein Sciences a obtenu en octobre dernier l’autorisation de commercialiser aux États-Unis son vaccin antigrippal quadrivalent Flublok, le premier vaccin antigrippal à base de protéine recombinante approuvé dans le pays. 

Cela va permettre à Sanofi d’élargir son portefeuille de vaccins antigrippaux «et de lui adjoindre un vaccin produit sans avoir recours à des œufs», a souligné David Loew, responsable de Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe, cité dans le communiqué.

«Un vaccin à base de protéine recombinante permet d’éviter tout risque infectieux» en cas d’œufs contaminés, car le procédé «n’implique aucun produit vivant au départ, tout se fait dans des bioréacteurs», a expliqué à l’AFP Éric Le Berrigaud, analyste du secteur pharmaceutique chez Bryan Garnier. 

Sanofi Pasteur est l’un des leaders mondiaux du marché très concentré des vaccins, et notamment des vaccins saisonniers contre la grippe. 

En 2016, cette division a ainsi produit 40 % des vaccins antigrippaux distribués dans le monde, qui représentent un marché global de 5 milliards de dollars, dont la moitié environ aux États-Unis. » 


On voit bien que les vaccins ne sont qu’un marché comme les autres. 

L’alibi de la santé ne reste qu’un alibi… 

Pendant que l’on veut vous piquer, de grands labos se frottent les mains pour les bénéfices futurs et prennent des positions, font des acquisitions. 

Les vaccinations massives seront le prochain scandale sanitaire. Édouard Philippe sera sans doute le futur « responsable mais non coupable ». 

Mais ce jour-là on pourra ressortir cet article et tous les autres, et lui dire “VOUS êtes responsable. Vous êtes coupable, car VOUS saviez ou vous auriez dû savoir”. 

Et c’est sur cet angle-là que nous devons axer la lutte. 

Mettre en cause dès maintenant la responsabilité future de nos dirigeants pour engager dès à présent leur responsabilité personnelle et pénale. 

Nous devons dénoncer avec force, pas tant la vaccination, que le totalitarisme marchand qui s’est emparé de notre santé par la corruption massive de nos élites dirigeantes. 

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous ! 

Charles SANNAT

Ce que risqueront les parents qui refuseront les vaccins obligatoires

Publié par wikistrike.com sur 15 Juillet 2017, 09:03am

 

C'est confirmé. Onze vaccins seront obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans à partir de janvier 2018. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, l'a annoncé mercredi. Ils seront pris en charge à 100% par la Sécurité sociale. Une mesure qui devrait coûter entre 10 et 20 millions d'euros, " une petite somme par rapport aux maladies évitées ", a-t-elle estimé ce jeudi sur RTL

Le Premier ministre Édouard Philippe avait déjà annoncé mardi lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale que l'ensemble des vaccins pour la petite enfance seulement "recommandés" par les autorités de santé deviendraient obligatoires. Aujourd'hui, seuls trois vaccins infantiles le sont: diphtérie, tétanos et poliomyélite. Huit autres, dont la coqueluche, l'hépatite B ou la rougeole, sont seulement recommandés. 

La ministre de la Santé avait annoncé le 16 juin dernier réfléchir à rendre obligatoires ces onze vaccins, pour une durée limitée de cinq à dix ans, afin de lutter contre la réapparition de certaines maladies. "Je déteste la coercition, ce n'est pas dans mon tempérament. Mais là, il y a urgence", avait-elle assuré au Parisien. "Ce double système est une exception française. Cela pose un vrai problème de santé publique", estimait-elle, rappelant que la rougeole avait réapparu et qu'elle avait causé la mort de dix enfants depuis 2008. 

Les vaccins pour la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'hépatite B, la bactérie haemophilus influenzae, le pneumocoque et le méningocoque C seront ainsi concernés. Pour Odile Launay, coordinatrice du groupe vaccination et prévention de la Société française d'infectiologie, c'est une bonne nouvelle. "On craint le retour d'autres maladies si la couverture vaccinale venait à baisser, a-t-elle expliqué sur Franceinfo. Aujourd'hui, on a de plus en plus de parents mais aussi de professionnels de santé qui sont réticents vis-à-vis de la vaccination." 


Des risques de poursuites ? 

Agnès Buzyn, médecin de formation, a indiqué qu'un texte de loi devrait être présenté par le gouvernement d'ici le début de l'année prochaine. Mais a cependant précisé qu'il inclurait une clause d'exemption "si vraiment des familles s'opposent absolument", a-t-elle précisé sur RTL, tout en reconnaissant que c'était "compliqué juridiquement". 

Selon le code de la santé publique, "le refus de se soumettre ou de soumettre ceux sur lesquels on exerce l'autorité parentale ou dont on assure la tutelle aux obligations de vaccination ou la volonté d'en entraver l'exécution sont punis de six mois d'emprisonnement et de 3.750 euros d'amende". Mais à l'heure actuelle, aucune sanction n'est appliquée, "ce n'est pas la meilleure façon d'avancer", assure Agnès Buzyn. 

Le texte prévoira-t-il de nouvelles sanctions dans le cadre de ces huit nouveaux vaccins obligatoires ? En Allemagne, les parents récalcitrants à celui contre la rougeole encourent une amende de 7.500 euros. L'Italie s'apprête par ailleurs à mettre en application une sanction similaire dans le cadre de douze vaccinations obligatoires. Mais en France, "l'objectif n'est pas d'avoir des amendes mais de faire de la pédagogie", a indiqué la ministre de la Santé sur RTL. 

De vrais risques sanitaires 

Certains arguent des effets secondaires pour ne pas faire vacciner leurs enfants. "Les effets indésirables graves sont très rares et font l'objet d'un suivi et de recherches approfondies lorsqu'ils surviennent. Le risque de développer une maladie grave en ne se vaccinant pas est beaucoup plus important que celui de voir apparaître un effet indésirable lié à la vaccination", rappelle le site de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Ainsi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cite les exemples de la polio, une maladie qui peut entraîner la paralysie, et de la rougeole, qui peut provoquer une encéphalite ou la cécité.

"S'il est vrai qu'un seul cas de dommage grave ou de décès dû à un vaccin est toujours un cas de trop, il n'en reste pas moins que les avantages de la vaccination dépassent largement les risques", ajoute l'OMS.


Pour Agnès Buzyn, les parents ont avant tout besoin d'être rassurés. "Si nous rendons obligatoires les autres vaccins, les Français comprendront que ce sont des vaccins complètement sûrs." 

Commentaire de Dominique :

J'ai passé toute mon enfance au Maroc. Ma mère qui était déjà résolument contre le principe du vaccin obtenait à chaque campagne de vaccination obligatoire, du collège Charles de Foucault où mon frère et moi-même étudions, un "certificat de complaisance" fourni par un ami chirurgien de Casablanca.

C'est la solution que je conseille, c'est simple et efficace et surtout cela permet de laisser croire que l'on est sagement "dans les rangs", sans tambours ni trompettes.

 

 

Devant la vaste fumisterie de ce cocktail de vaccins imposé à tous nos bébés, il doit y avoir suffisamment de médecins compatissants près à signer le certificat de vaccination sans faire le vaccin !

Néanmoins, rien n'empêche l'Etat de faire des campagnes de sensibilisation grand public : médias, médecins etc... et de laisser tous ces vaccins remboursables à 100%. 

Qu'il en soit ainsi !

Et pour appuyer ma proposition voici ci-dessous ce qu'en pensent certains médecins scolaires : bravo messieurs, quel courage ! 

C'est vous "les hommes de l'art" et vous seuls engagez votre responsabilité de médecin. Rien ne vous autorise au titre d'hommes de l'art d'accepter des lois de la ripoublique dont on connait les intentions masquées de soutenir Big pharma et se foutre de notre santé.

 

En Allemagne, des médecins scolaires refusent de prendre la responsabilité de vacciner.

Publié par wikistrike.com sur 13 Juillet 2017, 09:14am

Il y a dans notre société une évolution lente et permanente en direction de la vaccination obligatoire. En effet certaines vaccinations sont de plus en plus souvent exigées dans certaines professions. En début de carrière, le personnel médical doit souvent se faire vacciner contre l’hépatite B qui se transmet prétendument par le sang. Chaque année un appel est lancé au personnel soignant et aux médecins de se faire vacciner contre la grippe.

De même certaines vaccinations sont conseillées aux militaires et aux pompiers.

Mais est-ce que la prescription de telles mesures médicales est vraiment la mission de l’Etat ?

Voici la voix du Professeur Newman qui vivait au 19ème siècle :

« Je prétends que la prescription d’un procédé médical ou l’adoption d’une théorie scientifique va au-delà de la compétence de l’Etat. »

D’un côté des vaccinations sont recommandées pour la protection de la santé, de l’autre les médecins scolaires commencent à refuser de prendre la responsabilité de vacciner.

Quelques écoles viennoises sont pleines d’agitation à cause de l’arrêt des vaccinations : Des médecins refusent de prendre la responsabilité de vacciner les enfants. Roman Häfele chef des médecins scolaires viennois confirme qu’après des problèmes en automne la situation juridique a été clarifiée : les médecins scolaires sont responsables. Depuis ce moment-là plusieurs médecins ne pratiquent plus de vaccinations. Avec cette disposition réglementaire la discussion sur les dommages liés à la vaccination passe à une nouvelle dimension.

Il reste la question suivante : Pourquoi les médecins refusent-ils de prendre la responsabilité en cas de dommages si les vaccinations sont recommandées pour maintenir en bonne santé et même obligatoires pour certains métiers ?

Liens : http://wien.orf.at/news/stories/2824133/

 
La conclusion de Dominique :
Laissons la parole aux médecins "hommes de l'art" qui doivent répondre à la question ci-dessus : "Pourquoi refusent-ils de prendre la responsabilité de vacciner à partir du moment où la loi les désigne responsable en cas de dommages ?
Si il n'y avait pas toutes les conséquences fâcheuses consécutives à ces vaccins "modernes", bien connues des médecins, ils accepteraient déontologiquement d'appliquer le cocktail de vaccinations obligatoires.
S'ils refusent... comme c'est le cas, c'est qu'ils connaissent déjà les risques majeurs que leur profession devrait supporter. C'est un premier aveu de taille.
Dans le même temps, nous l'avons vu, l'Etat français vient de "décharger" les labos de leur responsabilité. C'est déjà le plus beau cadeau que fait l'Etat français aux laboratoires privés de Big pharma. C'est tout simplement ENORME.
 
On nous prend vraiment pour des benêts !
C'est du foutage de gueule.
 
Qui est donc responsable à l'heure actuelle ? L'Etat !
Allez-y en justice et bon courage, vous y perdrez votre argent et votre temps...
En conclusion parents, renseignez-vous avant de prendre la décision d'administrer un cocktail de vaccins à votre bébé et sachez que vous êtes les SEULS responsables vis à vis de votre progéniture. Alors faites le bon choix en parents responsables, car quoi qu'on dise vous avez toujours la possibilité de choisir...
 
 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Araka Nui autour du monde
  • Araka Nui autour du monde
  • : Le voyage initiatique de Teiva sur le catamaran ARAKA NUI parti en 2008 pour un tour du monde. Arrivé en Casamance en septembre 2009, il en repart 2 ans plus tard, mais cette fois sans son papa... C'est l'occasion pour ce dernier de collecter des sujets d'informations aussi divers que variés sur la spiritualité, la géopolitique, l'environnement et les sciences en vue d'étudier ces sujets le moment venu avec Teiva et de débuter son initiation vers un nouveau paradigme.
  • Contact