Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 20:56

 Visite de la côte ouest de LA PALMA : 

 

Samedi 9 mai 2009 :

     C’est reparti pour notre second jour de visite d’Isla Bonita avec Clio notre fidèle coche.

    Ma Do décide d’un itinéraire moins « minéral » que celui de la veille. Nous embouquons vers le nord de l’île chercher un peu de verdure puis redescendre par la côte ouest.

 

 
"Le dragonnier ci-dessus est un des plus grand exemplaire de l’île"

 

    Le dragonnier doit son nom aux multiples propriétés (colorant, médicament, antioxydant) de sa résine, baptisée « sang de dragon » pour la teinte rouge qu’elle prend au contact de l’air.

    Cela a valu à l’espèce d’être fortement exploitée dans la nature depuis les Guanches qui connaissaient déjà ses propriétés.

    Aujourd’hui les seuls beaux exemplaires demeurent paisiblement dans les jardins publics ou les propriétés privée.

 

 

"Plantations de bananes
assurées sur les coulées de lave les plus récentes
 face à la mer". 

    On comprend bien aisément que ce genre d’exploitation n’est pas concurrentielle face aux plantations d’Amérique du sud qui couvrent des plateaux immenses. Pour maintenir cette activité et les populations qui en vivent sur place je vous disais que l’Europe finançait fortement cette culture. Aux dires des insulaires ils arrivent à en vivre.

    N’est ce pas le principal ? Dans notre système économique ne vaut-il pas mieux payer des insulaires pour qu’ils vivotent pépères et entretiennent leurs terres plutôt que les laisser rejoindre les rangs des sans emplois et délinquants de nos cités inhumaines qui coûtent chers malgré tout à nos sociétés ?

    A priori, je suis contre le système « ponction redistribution » en dehors des fonctions régaliennes d’un état, mais tout compte fait, sous cet angle cela me paraît un bon choix.

    Je pense néanmoins que notre système de Communauté Européenne est une très grosse machine administrative qui a un coût de fonctionnement exorbitant et démesuré par rapport aux services rendus. Rien n’est parfait ici bas, cela serait trop beau.


 
"N’en déplaise à ma Do qui poireaute dans la voiture...
 le photographe se fait plaisir".
 

  

"Modèle de notre cabane de rêve, vue sur mer".

 

    Nous avons choisi de vous montrer ces deux habitations à La Palma comme modèle de ce que aimerions avoir pour finir nos vieux jours lorsque les navigations seront du domaine du passé. Ceci n’est pas un appel à souscription…

    Je dois préciser un point qui n’est pas visible sur ces photos : ces maisons sont au milieu des vignes, face à la mer, isolées du premier village voisin, en altitude et sur la côte verte de l’île. Rien que ça.

    Pour information, ça vaut aussi cher qu’en France en pareille situation. 
 

 

"Un abris bus à La Palma".

 

Vous noterez quand même la grande différence avec nos abris bus.

Vous avez deviné bien sûr… ce sont les tags en moins !

En son temps, notre Ministre Lang de l’époque appelait cela de l’art. Même quand c’était étalé sur les biens d’autrui, en toute impunité et avec l’appui du Ministre.

Nous vivons une époque bizarre.

 

 
"Une vraie parcelle de vignes et toute travaillée à la main".

 

A Sabran je passais pour un fou pour avoir planté 3 rangs par restanque.

Ici, ils font encore plus fort, c’est un rang par restanque. Champion ! 

Le meilleur moment de la journée, dans un endroit plus végétal choisi par Do.

Après notre repas, nous nous aventurons au hasard, hors des voies balisées de notre carte.

 

 
"Découverte à 1000m d’altitude
 du vignoble de La Palma  Côte Ouest ».

 

    Je brûlais au désir de trouver de belles vignes saines. 

    Elles sont hors de la vue de la grande voie de communication, au dessus de la zone des nuages. J’y ai rencontré un vigneron. Nous avons parlé des traitements : ils sont bios naturellement. Nous l’avons accompagné dans sa cave, creusée dans un rocher et perdue dans les bois. Nous avons dégusté en soutirant dans une de ses 3 barriques un rosé « tea ».

    Ce sont des vins élevés dans des barriques fabriquées avec le cœur des pins canarios.

Arôme « résine » garanti, mais une grande complexité en bouche.

    Nous avons ramené au bateau ce trésor de breuvage pour faire profiter nos amis suisses de « Pinochio » Bernard et Virginie, les parents de Swan et Robin.

 

 
"Swan et Robin les grands copains de Teiva
que nous reverrons en Casamance…"

   

Isla Bonita, c’est les Canaries comme je les aime. J’en suis amoureux.

  
"La 1ère église de La Palma, construite par les conquistadores
lors de leur débarquement à Tazacorte au XVème siècle".

 

Une visite à Puerto Tazacorte s’imposait : il s’agit du lieu de notre prochaine marina. Nous y allons négocier une place et un prix. C’est OK. Ils nous placeront le long du chantier, sans eau et sans électricité pour 10 € par jour. Voilà une bonne affaire, d’autant qu’ici c’est le ciel bleu 300 jours par an ! Nous dirons adieu à Santa Cruz, mais avec un petit pincement au cœur, car la ville nous manquera, c’est sûr !

La photo de la marina n’ayant pas d’intérêt vous aurez droit à l’église photogénique.
 

  

"La côte nord est accore c’est le moins que l’on puisse dire,
mouillage  déconseillé".

 

 

 

 
"Le lézard canarien (Gallotia galloti) à gorge bleue".

 

    Ces lézards sont les copains de fortune de Teiva, qu’il course à longueur de temps à leur plus grand malheur faute de ne pas être farouches.
 

  

"La côte nord étant dépourvue de plage, la commune de Barlovento a aménagé des piscines alimentées directement par la mer".
 

    Dans ces piscines on nage au milieu des girelles et autres castagnoles qui grouillent, c’est très sympathique mais un peu trop frais pour nous…

    Nous ne profiterons donc pas de ce bain d’eau de mer qui nous tendait les bras.

    Le jour décline déjà et il faut se résigner à rentrer pour rendre notre copine de route, Clio, à son propriétaire.

    Demain nous irons à la piscine d’eau de mer du club nautique. C’est tout neuf et tout beau. Teiva adore le petit bain, il y est en confiance. Il commence à faire quelques mouvements ordonnés et à son plus grand plaisir : il avance.

 

   

L’équipage d’Araka Nui se joint à moi pour vous dire, HASTA LUEGO.                                     

 

D.P

                                                                                             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Araka Nui autour du monde
  • Araka Nui autour du monde
  • : Le voyage initiatique de Teiva sur le catamaran ARAKA NUI parti en 2008 pour un tour du monde. Arrivé en Casamance en septembre 2009, il en repart 2 ans plus tard, mais cette fois sans son papa... C'est l'occasion pour ce dernier de collecter des sujets d'informations aussi divers que variés sur la spiritualité, la géopolitique, l'environnement et les sciences en vue d'étudier ces sujets le moment venu avec Teiva et de débuter son initiation vers un nouveau paradigme.
  • Contact